Ça y est, Windows 10 est là !

Si vous hésitez encore, nous vous donnons quelque bonnes raisons d'adopter le nouveau système d’exploitation de Microsoft.

Voici tout ce qu'il faut savoir : 

Windows 7 et 8 avaient bénéficié tous deux d’une promotion à leur lancement. Les utilisateurs pouvaient les acquérir à un tarif assez bas pendant une période limitée. Avec Windows 10, le processus recommence et prend la forme d’une petite application qui propose depuis quelques semaines de réserver le produit si l’on possède Windows 7 ou 8 (et que le système est activé). L’opération restera valable jusqu’au 28 juillet 2016 pour l’ensemble des PC et tablettes compatibles. Toutes les ardoises sous Windows RT seront cependant laissées de côté, Microsoft n’ayant parlé que d’une mise à jour spécifique dont les détails n’ont pas été donnés.

Une mise à jour via Windows Update, mais sous conditions

La mise à jour se fait directement à travers Windows Update, les applications et les paramètres étant sauvegardés. Cette migration sera cependant soumise à quelques conditions. D’une part, il faut bien posséder une licence authentique de Windows 7 ou 8.1, le système devant être activé. D’autre part, et c’est sans doute le plus important, il faut obligatoirement disposer de la dernière révision du système que l’on possède. Si vous avez Windows 7, le Service Pack 1 devra être installé. Si vous avez Windows 8, c’est la mouture 8.1 avec Update qu’il faudra posséder. Seules ces versions précises peuvent être mises à jour via Windows Update. Les autres devront soit se rendre dans Windows Update pour installer ce qui manque.

 

Précisons enfin que au-delà du 28 juillet 2016, Windows 10 ne pourra s’obtenir qu’avec un PC neuf, ou via une boite achetée. Les tarifs seront de 119 euros pour l'édition Famille, et de 179 euros pour la Professionnelle hors installation par nos soins.

Les fonctionnalités obsolètes

Lors de la mise à jour vers Windows 10, qu’il s’agisse d’une édition Famille ou Professionnelle, plusieurs fonctionnalités peuvent être amenées à disparaître. C’est le cas lorsque Microsoft décide d’en couper prochainement le support ou que l’éditeur juge qu’elles sont devenues obsolètes et ne sont plus en phase avec le reste de l’écosystème. Plutôt que de les faire évoluer, la société fait le ménage.

C'est particulièrement le cas avec Windows 7 puisque le Media Center est purement et simplement retiré du système, sans aucun espoir de réactiver la fonctionnalité. Il existait bien un moyen avec Windows 8, mais on pouvait déjà sentir que Microsoft en préparait la retraite : l’interface n’avait pas bougé d’un iota. Attention donc si vous utilisez souvent le Media Center de Windows, car un passage vers le nouveau système signifiera trouver une solution de remplacement.

Toujours depuis Windows 7, les gadgets du bureau disparaissent, de même que les jeux Solitaire, Démineur et Dame de Pique. Ce n’est pas vraiment une surprise dans la mesure où ces fonctionnalités étaient également supprimées avec Windows 8. Pour les Gadgets, il n’y a pas de solution par Microsoft (il faudra donc se tourner encore une fois vers une solution tierce), mais Solitaire Collection et Minesweeper (Démineur) disposent d’éditions spécifiques pour Windows 8, Solitaire Collection bénéficiant même d’un sérieux coup de peinture avec Windows 10, et sont disponibles dans le Store.

D’autres points doivent être pris en considération :

  • Aucun lecteur DVD (MPEG-2) n’est présent par défaut
  • Aucun pilote n’est plus fourni pour les lecteurs de disquette
  • En cas de présence de la suite Live Essentiels, l’application OneDrive est supprimée au profit du client Windows 10

La migration depuis Windows 8 se révèlera finalement plus simple, certaines fonctionnalités y ayant déjà été supprimées. Ceux qui viennent de Windows 7 auront donc peut-être à réfléchir.

Windows 10 Famille ou Professionnel ?

La question du choix de l’édition ne se pose pas vraiment dans la grande majorité des cas. Si vous avez un Windows 7 Professionnel par exemple, il sera automatiquement migré vers un Windows 10 Professionnel. Même résultat d’ailleurs pour une édition Intégrale. Dans le cas d’un Windows 8.1 classique, l’utilisateur recevra simplement Windows 10 Famille.

En dehors de la promotion, et si vous deviez acheter une licence boite, le choix de la version ne sera pas compliqué. La version Famille contient l’ensemble des fonctionnalités principales annoncées depuis des mois : Cortana, Edge, Hello, Continuum et autres bureaux virtuels sont présents dans toutes les versions. La version Professionnelle ajoute des fonctionnalités liées au monde de l’entreprise (des PME pour être plus précis), à l’instar de BitLocker, la gestion des domaines ou encore le mode « borne ».

Il existe deux autres versions, équivalentes en termes de fonctionnalités, mais proposées pour des besoins très différents. La première est l’Enterprise et se destine surtout aux grandes sociétés qui passent par l’achat de licences en volume. L’autre se nomme Education et permettra aux établissements intéressés de distribuer des licences aux élèves et plus généralement au personnel.

Le fameux retour du menu Démarrer

Le nouveau menu Démarrer est clairement l’une des nouveautés les plus visibles. Microsoft avait décidé de le supprimer dans Windows 8, le remplaçant alors par un écran de démarrage qui en était grosso modo l’extension sur tout l’écran. Le problème est que l’ergonomie en était très différente et qu’il a fallu notamment attendre la mise à jour 8.1 pour obtenir des contrôles précieux à la souris, notamment celui pour redimensionner facilement une ou plusieurs vignettes.

Cet écran de démarrage ne disparaît pas dans Windows 10, mais il est simplement réservé par défaut aux grandes tablettes (au-dessus de 8 pouces). Si le système détecte un clavier et une souris, il affiche le nouveau menu Démarrer, qui est un mix entre l’ancien dans Windows 7 et l’écran de démarrage. On trouve à gauche une partie affichant une liste des programmes les plus souvent utilisés, avec éventuellement, juste en-dessous, ceux qui viennent d’être installés. Tout en bas figure un bouton qui permet d’accéder à toutes les applications, surmonté d’une zone personnalisable où l’utilisateur pourra ajouter des raccourcis vers les Paramètres, les Documents et ainsi de suite.

À droite, on retrouve une zone réservée aux tuiles, avec notamment tous les réglages auxquels on pouvait avoir accès sous Windows 8. Les vignettes sont donc redimensionnables selon trois tailles, on peut les réarranger pour former de nouveaux groupes, ces derniers peuvent toujours être renommés, les vignettes restent dynamiques, etc. Point important, la taille du menu Démarrer n’est pas fixe et il suffit d’en saisir le coin supérieur droit pour étendre la surface disponible.

 

La navigation y est plus resserrée et les yeux parcourent plus rapidement les raccourcis disponibles. Globalement, ce « mix » fonctionne bien et on retrouve rapidement ses repères.

Des bureaux virtuels et un centre de notifications

Windows 10 intègre par ailleurs des fonctionnalités qui étaient réclamées depuis longtemps par une partie des utilisateurs, à commencer par des bureaux virtuels. Leur accès se fait par le premier bouton de la barre des tâches, qui offre également une vue de synthèse de tous les programmes ouverts. Un affichage qui ressemble furieusement au mode Exposé d’OS X, largement plébiscité par les utilisateurs en son temps.

Depuis cette vue, on remarque en bas à droite un nouveau bouton permettant de créer un nouveau bureau. On peut en créer virtuellement une infinité, chacun ayant ses propres fenêtres évidemment. Une fois qu’un autre bureau est disponible, il devient possible d’y faire glisser des fenêtres existantes pour classer finalement ses espaces de travail en fonction par exemple de thématiques. Petite précision : sur un écran tactile, il suffit de faire un glissement depuis le bord gauche de l'écran pour lancer cet affichage.

 

Le centre de notifications arrive quant à lui pour pallier un gros manque dans le système. Les plateformes concurrentes sur PC disposent toutes d’un tel mécanisme dont l’intérêt est de centraliser tout ce que le système et les applications ont à dire. L’arrivée d’un email, un redémarrage requis, un évènement particulier et autres signalements y sont donc résumés.

Le fonctionnement du centre dans Windows 10 est le même ou presque que celui inclus dans Windows Phone 8.1. Les notifications sont classées par sections logiques, peuvent être supprimées une par une, par lot au sein d’une même application ou toutes d’une seule traite. Évidemment, cliquer sur une notification ouvre l’application ou le service associé pour afficher le contenu idoine. En bas du centre, on trouvera une grille de fonctions permettant d’activer rapidement l’accès VPN, la connexion à un appareil de type TV ou vidéoprojecteur ou encore de désactiver les notifications (mode « Ne pas déranger »).

Au revoir Internet Explorer, place à Microsoft Edge

Microsoft Edge est le nouveau navigateur de Microsoft. Il prend la relève d’Internet Explorer, qu’il remplace d’ailleurs en tant que navigateur par défaut. D’un point de vue technique, il s’agit en fait du moteur d’Internet Explorer 11, mais débarrassé de nombreux vieux pans de code puis modernisé pour en augmenter les performances, mais surtout le support des différentes technologies du web. L’ensemble est placé au sein d’une nouvelle interface.

Microsoft Edge est rapide et particulièrement réactif. L’ouverture du navigateur est instantanée ou presque (même avec un disque dur classique) et l’interface obéit au doigt et à l’œil. Mais il ne faut pas oublier dans ce ressenti que le navigateur est vierge de toute extension et qu’aucun plugin ne peut y être installé. Les extensions arriveront plus tard (probablement avec une mise à jour importante prévue pour novembre), mais aucun plugin ne peut être installé. Seul Flash est intégré, comme il l’était dans Internet Explorer 10 et 11, mais il peut être complètement désactivé dans les options.

 

Pour le reste, Microsoft Edge fait son travail et ne réservera que peu de surprises. L’interface est classique avec des onglets, des contrôles de navigation, une barre d’adresses qui sert aussi de champ de recherche et ainsi de suite. Au rayon des fonctionnalités plus spécifiques, on citera la page d’accueil qui se manifeste également avec l’ouverture d’un nouvel onglet. Edge y affiche une vue de synthèse comprenant les sites les plus souvent visités, les gros titres de l’actualité, la météo locale, les principaux résultats sportifs, etc. Le défilement en est presque infini.

Microsoft Edge comprend également un mode lecture, qui s’affiche sous la forme d’un petit livre dont les pages se tournent, à droite de la barre d’adresse. Comme d’habitude, la fonction ne laisse que le texte, son titre et les éventuelles images. Un peu plus à droite, le bouton rappelant une liste sert à ouvrir un panneau contenant à la fois les favoris, la liste de lecture, l’historique et les téléchargements, accessibles comme autant d’onglets. L’icône suivante pourrait faire la force de MicrosoftEdge pour la prise de note sur tablette : il devient possible d’annoter rapidement une page avec des dessins, des notes, du surlignage ou encore de découper une partie précise. Une fois le travail terminé, le résultat est envoyé directement dans OneNote, intégré à Windows 10.

Les paramètres réservent quelques éléments intéressants, notamment l’utilisation d’un thème sombre. On pourra également choisir ce qui s’ouvre au démarrage, effacer les données de navigation, modifier l’affichage du mode lecture, importer les favoris d’un autre navigateur (mais pas le reste, dommage), afficher le bouton Accueil, désactiver Flash, changer le moteur de recherche par défaut et ainsi de suite.

L'assistante vocale Cortana débarque sur tous les PC

Cortana est le nom de l’assistant vocal que Microsoft a introduit dans Windows Phone 8.1. La fonctionnalité est utilisable en France et en Belgique, mais ne possède qu’une petite partie des capacités dont les Américains peuvent profiter et, dans une moindre mesure, les Anglais et les Chinois.

L’objectif final de Cortana est d’obéir à la moindre de vos requêtes, en tout cas si elle le peut. Une fois passée une petite étape de configuration pour étalonner le micro, on peut cliquer sur le bouton idoine pour déclencher l’écoute et commencer à dicter ce que l’on souhaite. Tous ceux qui ont utilisé des fonctionnalités équivalentes sur Android et iOS connaissent le fonctionnement général et retrouveront vite leurs repères.

   

Le phrasé de Cortana est assez surprenant de naturel et on a parfois l’impression que les réponses ont été préenregistrées à l’avance tant l'enchaînement des mots parait fluide et les intonations correctes. Les requêtes possibles sont assez larges et, comme toujours avec ce type d’outil, il faudra s’habituer à l’idée qu’une demande vocale peut être suivie d’une action concrète. On pourra demander à Cortana de déplacer un rendez-vous, de nous donner la météo d’un lieu précis, l’heure dans un autre pays, le résultat d’un calcul, une conversion, combien de calories il y a dans un aliment donné, si des évènements sont prévus le lendemain, les dernières résultats sportifs et ainsi de suite.

Cortana s’acquitte relativement bien de sa mission et il n'est même pas nécessaire de cliquer sur le bouton pour lancer une recherche ou une instruction : on peut activer une option permettant d’interpeller l'assistante avec « Hey Cortana ». Une fonctionnalité équivalente au « Dis Siri » d’iOS et au « OK Google » d’Android, mais que l'on peut affiner en indiquant que seule sa propre voix peut être reconnue.

Cortana comprend par ailleurs plusieurs réglages. Les plus importants sont réunis dans le Carnet de notes, auquel on accède par le menu « hamburger » en haut à gauche de la fenêtre. L’utilisateur pourra renseigner plus précisément ce qu’il aime, ce qui permettra ensuite à l’assistante de proposer du contenu. Tout aussi important, Cortana peut être équipé d’une tranche horaire durant laquelle l’utilisateur ne souhaite pas être dérangé.

Demander à Ordi.com de réaliser la mise à niveau ou l'installation de Windows 10 sur mon pc

Si vous avez un peu peur de procéder vous même à la mise à niveau de votre système vers Windows 10 ... Nous pouvons le faire pour vous !

Lors d'une mise à niveau, aucune nouvelle licence de Windows ne sera nécessaire, la licence que vous possédez actuellement sera tout simplement convertie en Windows 10 Famille ou Pro selon votre version de Windows.

Pour ce travail, nous réalisons, avant toute chose, une sauvegarde complète de votre disque dur afin de prévenir tout risques de perte de données. Ensuite, nous procéderons à la mise à niveau en gardant vos programmes et documents.

Lors d'une nouvelle installation, une licence Windows 10 est requise (Famille ou Pro).

Cliquez ici pour consulter les tarifs des installations et mise à niveau.